Le laboratoire MSMP-EA7350 est multi-sites (Aix-en-Provence, Châlons-en-Champagne, Lille) et complètement intégré à l’Ensam et pilote son partenariat transatlantique avec TEES-TAMU/USA pour l’industrie du futur. Il développe une activité de recherche pluridisciplinaire dans le domaine des matériaux et procédés de fabrication.

Il est structuré en 2 projets scientifiques : L’équipe I2MP travaille sur la maîtrise globale des procédés, à l’échelle industrielle, par une démarche multiphysique et une approche scientifique des procédés de fabrication. L’équipe MMS travaille sur l’optimisation des microstructures (volume et proche surface) pour l’amélioration des performances mécaniques, principalement via des gradients de propriétés. 2 plateformes de procédés et de caractérisation viennent en support de ces deux équipes.

L'Actualité de nos sites

Actualités | MSMP Aix-en-Provence Acceuil etudiants TAMU et IRES | MSMP Aix-en-Provence

Acceuil etudiants TAMU et IRES

Du 19 mai au 17 juin, le campus a le plaisir d’accueillir 43 étudiants de Texas A&M university (TAMU) et 6 etudiants ainsi que leurs professeurs et accompagnant dans le cadre[...]

lire
Actualités | MSMP Châlons-en-Champagne le MSMP reçoit comme professeur invité le Pr Roberto Martins de Souza | MSMP Châlons-en-Champagne

le MSMP reçoit comme professeur invité le Pr Roberto Martins de Souza

Le MSMP a reçu en tant que professeur invité M. Roberto Martins Souza au campus Arts et Métiers de Châlons-en-Champagne Durant son séjour une riche collaboration[...]

lire
Actualités | MSMP Lille Bienvenue a Mme MESSAADI et M. EL Zein | MSMP Lille

Bienvenue a Mme MESSAADI et M. EL Zein

Mme MESSAADI  rejoint les enseignents - Chercheurs du MSMP et M. EL Zein  vient complèter l'équipe en tant qu' Ingénieur d’Etudes en charge de la plateforme[...]

lire

L'Infos générales

Felicitations a  Hassan CHOUHAD  | Laboratoire MSMP

Felicitations a Hassan CHOUHAD

Félicitations a Chouhad Hassan qui a soutenue sa thèse le 31 Mars

Titre de thèse : « Vers la métrologie en ligne pour un contrôle qualité proactif dans la fabrication intelligente » Résumé : Dans l’industrie de fabrication traditionnelle, la métrologie est un élément essentiel de sanction de la qualité en bout de la chaîne de production. L’innovant dans le concept de la fabrication intelligente conduit à un repositionnement de la métrologie qui devient proactive au cœur même de la production pour fabriquer dès le départ une première pièce conforme. L’objet de cette thèse est donc de proposer une approche méthodologique pour le développement d'un système proactif, augmenté par des modèles d’intelligence artificielle IA, de contrôle en usinage de la conformité d’un produit à un cahier des charges et de caractériser ses défauts. Pour cela, une première étude sur l’aspect de surface a été réalisée en recueillant des images à haute résolution de fils de cuivre revêtus et découpés pouvant présenter des défauts. Les images, prises par un système de vision par ordinateur basé sur l'imagerie confocale chromatique, ont été utilisées pour générer différents modèles d'intelligence artificielle. Ce traitement consiste à faire de la segmentation et de la classification des défauts observés. En comparant la précision et le temps de traitement des modèles d'IA, l'apprentissage par transfert utilisant le modèle de mobile-net a montré de meilleures performances. Afin d'élargir l'étude de l'évaluation de la qualité de surface, des mesures de profil de surface sur machine-outil ont été effectuées à l'aide de capteurs confocaux chromatiques sans contact. Deux approches ont été réalisées : i) le fraisage de l'aluminium sans signature d’usure d’outil de coupe et ii) le fraisage du titane en tenant compte de la signature de l'usure de l'outil de coupe. Dans les deux configurations de coupe, les paramètres d’usinage, les profils de rugosité de surface et les efforts d’enlèvement de matière ont été enregistrés pour construire une base de données pour l'entraînement des modèles de prédiction par apprentissage automatique. Les résultats ont montré que le modèle XGboost a présenté la meilleure performance de prédiction et ce pour les deux scénarios. En considérant le temps de coupe dans le fraisage du titane, le modèle de prévision de séries temporelles ARIMA a été appliqué pour suivre l'évolution de la rugosité en fonction de l'usure de l'outil. L’analyse moyenne mobile autorégressive intégrée a permis de suivre l’évolution de la rugosité en fonction de la signature d’usure.

un Nouveau Docteur au MSMP  | Laboratoire MSMP

un Nouveau Docteur au MSMP

Felicitaitons a Hugo Tryla qui a brillamment soutenu sa thèse le 14 mars. Les travaux d'Hugo seront proposés au prix Bezier

Résumé de thèse : Les procédés de soudage à l'arc avec apport de matière sont largement appliqués dans l'industrie automobile pour l'assemblage de composants de liaison au sol (LAS) en acier. Une opération de soudage génère d’importants gradients thermiques, métallurgiques et de propriétés mécaniques. Ces gradients sont à l'origine de contraintes résiduelles qui influent sur la tenue en service des structures soudées. L’objectif de ce projet de thèse est d’étudier leurs évolutions sous des sollicitations mécaniques de fatigue. En se basant sur des études de cas critiques au dimensionnement de composants LAS, trois géométries de structures soudées simples ont été conçues. Les limites d'endurance de chacune des structures ont été déterminées à 106 cycles en traction pure (R=0,1). Des essais de fatigue interrompus, dans le domaine polycyclique, ont été menés sur les trois structures aux limites d'endurance préalablement déterminées. Des cartographies des champs de contraintes résiduelles en surface, avant et après sollicitations ont été réalisées. Ces analyses mettent en évidence l'évolution des contraintes résiduelles dans le domaine polycyclique. En pied de cordon, une diminution de l'ordre de 40% est observée tandis que dans certaines zones des structures, les contraintes subsistent. Des essais in-situ ont permis d'identifier les cinétiques d'évolutions de contraintes à l'échelle des structures. Dans le sens des sollicitations, les contraintes évoluent sous chargement quasi-statique avec des évolutions détectées pour des charges de l'ordre de 10% de la limite d'endurance. Les analyses de contraintes menées sur les trois structures montrent que les évolutions de contraintes résiduelles de soudage sont dues à des effets locaux et structuraux. Afin d'intégrer le phénomène d'évolution de contraintes résiduelles à la méthodologie de dimensionnement des composants LAS de Stellantis, un modèle phénoménologique a été identifié permettant de prédire les pressions hydrostatiques résiduelles à intégrer dans les calculs de fatigue. Mots-clefs : Structures soudées, Evolution de contraintes résiduelles, Diffraction des rayons X, Fatigue polycyclique Directeur de thèse L. Barrallier encadrant : Lorène Héraud

 Conférence Hydrogène ENGIE | Laboratoire MSMP

Conférence Hydrogène ENGIE

L’hydrogène, un atout de la transition énergétique. L’étude d’un des plus importants projets hydrogène français, le projet Masshylia Arts et Métiers

Organisée par le MSMP le 8 fèvrier 2022 de 12h00 à 13h00 sur le campus d’Aix-en-Provence.

Le projet Masshylia se situe à la convergence de dynamiques majeures pour la transition écologique en cours : d’une part, celle de l’hydrogène décarboné, qui représente un axe prioritaire de développement et d’investissement pour la France et l’Europe compte tenu de ses atouts environnementaux et économiques ; d’autre part, celle de la Plateforme de La Mède, un site polyvalent tourné vers les énergies d’avenir et doté de la première bioraffinerie française, de taille mondiale, au sein d’un bassin industriel de premier plan. En s’associant à travers le projet Masshylia, TotalEnergies et ENGIE mettent en commun leurs savoir-faire de référence avec l’objectif de développer l’un des plus grands sites de production d’hydrogène décarboné en France. Ce projet, située à Châteauneuf-les-Martigues et Martigues, vise à produire d'environ 15 tonnes d'hydrogène décarboné par jour en moyenne dont deux tiers environ pour la bioraffinerie de La Mède, en remplacement de l'hydrogène carboné issu du procédé de reformage du méthane à la vapeur (SMR). Le restant de la production d'hydrogène serait destiné à d'autres clients pour des usages de mobilité. Le projet permettrait d'éviter jusqu'à 33 500 tonnes d'émissions de CO2 par an et contribuerait ainsi aux objectifs de neutralité carbone du territoire et, ce faisant, de TotalEnergies et ENGIE, de la France et de l'Europe.

Cette intervention sera animée par Olivier Machet

Olivier Machet est Senior Vice President Development à ENGIE au sein des activités Hydrogène. Sa mission est de développer des solutions commerciales autour de l’hydrogène vert à travers une approche innovante et disruptive. Il dirige actuellement un important projet d’hydrogène vert avec Total Energies dans le sud de la France.